Le Tarot du Grand Tout

Théâtre, musique & vidéo

À partir de 7 ans
2017

Slim est musicien et quand il se retrouve au chevet de son neveu hospitalisé suite à un accident de voiture, il bouillonne, il déborde, c’est un torrent de mots qui sort de sa bouche. Pour guérir Ibo il invente des histoires, il va de chambre en chambre pour vider son trop plein, il enchante l’hôpital en faisant naître de nouvelles légendes, des étages fantômes, il fait fleurir tout un imaginaire décalé et contagieux sous le regard stupéfait du personnel soignant.

La folie saine, celle qui peut faire des miracles, celle qui peut guérir, c’est cette liberté sans retenue que nous livre « le Tarot du Grand Tout ». François Cervantès et Lamine Diagne ont mêlé leurs écritures pour faire naître ce récit tiré d’une expérience d’immersion en milieu hospitalier, un objet théâtrale doux, drôle, fantastique et réaliste à la fois.

« On sent que Lamine Diagne a ramené, de sa propre histoire et de son séjour auprès des enfants de l'hôpital, une générosité, une empathie et une ferme volonté de lutter face à l'injustice de la maladie. Ce spectacle plein de tendresse est très touchant, fragile, doux. [...] Une très belle réussite que ce spectacle de la compagnie de l'Enelle qui génère beaucoup d'émois. »

Le Bruit du off, Juillet 2017

« Grâce à la vitalité de Slim, personnage maladroit et fantasque, Lamine Diagne parvient à affronter les sujets de la maladie et de la mort avec humour, tendresse et poésie. »

La Provence, Février 2017

« Le bâtiment, labyrinthique, sert de décor à ce conte théâtral, musical et vidéographique en forme d'hymne à la vie. »

Journal Ventilo , Février 2017

Je connais Lamine Diagne depuis plus de dix ans. Quand il m’a raconté les moments passés auprès des enfants malades de la Timone, pendants lesquels il leur improvisait des histoires et des musiques, je voyais se révéler certains traits de caractère de l’artiste qu’il est : passeur de frontières, donnant à la musique et à la parole la capacité de soigner. Je l’ai questionné sur ses rencontres avec ces enfants des 16 étages de l’hôpital, et puis sur son enfance, ses origines françaises et sénégalaises, sur sa vocation artistique… et nous avons écrit un texte de fiction comme un portrait de cet homme face à l’enfance, la maladie, la mort, et l’invisible.

François Cervantes